La Frate : chummy-chummy

Le premier souper de La Frate au restaurant La Planque. Photo : Étienne Richard
Le premier souper de La Frate au restaurant La Planque. Photo : Étienne Richard

Ce n’est pas un concours à qui cuisine le mieux ni un club sélect. Drôle de bibitte à plusieurs têtes, La Frate n’a qu’un seul but : réunir ceux qui aiment partager et propager le plaisir de cuisiner.

Le plus difficile n’est pas de réunir ces chefs autour d’un café, malgré leur horaire chargé. Non, le plus ardu, c’est d’empêcher que la conversation dérape… de belle façon, car Olivier Godbout (La Planque), Stéphane Modat (Fairmont Le Château Frontenac) et David Forbes (Ciel!), ainsi que l’ancien restaurateur et entrepreneur Frédéric Poitras (La Commune Web), ont de la passion et pas mal de choses à dire!

«La Frate est un vieux délire parti dans la cour de Fred, pendant sa pendaison de crémaillère. On voulait cuisiner ensemble pour le plaisir», raconte David. «Il fallait faire de quoi en gang, sans compétition», renchérit Stéphane, ajoutant qu’il avait en tête une sorte de «Wu-Tang Cook»! Fred en rajoute : «C’était un concours de circonstances. La même semaine, David organisait la Soirée des Leaders Michel-Sarrazin et Oli préparait son événement au resto. On s’est dit “Go, on part la machine!”»

Ok, les gars, mais encore? C’est quoi au juste, La Frate? Olivier, à qui l’on doit l’idée, rappelle comment elle lui est venue. «Je pensais à la scène culinaire de Québec versus celle de Montréal. Ici, tout le monde travaille ensemble. L’aspect compétitif, avec un temps limite et un produit vedette comme on voit à la télé, ce n’est pas ça dans la réalité.» Dans les faits, La Frate rassemble chefs, producteurs et sommeliers d’abord lors d’événements gastronomiques dans des restos, puis pour des soirées caritatives. Il n’y a pas de patron, pas d’obligation : les membres vont et viennent, participent à ce qui leur tente. Et David de préciser : «Ce n’est pas un club social, là!»

Cette famille culinaire est vouée à prendre de l’expansion et à adopter d’autres visages. «Ça va au-delà des restos. Il y a moyen de développer des projets pour la communauté culinaire de Québec. La Frate, ce n’est pas que pour les chefs», poursuit David, alors que Stéphane lance en riant : «Ah non? C’est pour ça que je suis là!» Alors que les chefs sont souvent réputés pour leur ego aux dimensions avoisinant celles d’un réfrigérateur industriel, ici, c’est loin d’être le cas. «Oli a même demandé à ce qu’on enlève son nom du texte fondateur sur la page Facebook. Chaque chose importante pour les membres de La Frate est apportée à la table», souligne Fred. «On est comme le club des BMX pis on se rejoint dans la cour d’école!» rigole David. Et c’est Stéphane qui résume le mieux tout ça, avec son p’tit accent : «On est des mecs cool!»

lafrate_selfie

Ils ont dit à propos de La Frate…

«Il y a toujours de la collaboration en cuisine : on veut vivre dans le partage.» — David Forbes

«On fait ça pour faire vivre une expérience au client et aussi pour se faire plaisir.» — Olivier Godbout

«C’est quelque chose qui se veut créatif, amical, rien de corpo. » — Stéphane Modat

«Ce n’est pas une fausse communauté; c’est une gang qui s’aime pour vrai.» — Frédéric Poitras

Laisser un commentaire