En piste

high-bars-carapace-3

Il y a 40 ans, Paul Vachon passait pour un clown quand il vantait les arts du cirque comme outil de thérapie. Aujourd’hui, le cirque fait partie de notre quotidien, qu’on se tire une bûche dans un festival de rue ou qu’on s’agrippe au trapèze d’une École de cirque qui s’apprête à fêter ses 20 ans.

L’univers du cirque doit beaucoup à Paul Vachon, un petit gars de Château-d’Eau (Loretteville) qui, en 1974, cofonde à Québec le Théâtre de l’Aubergine de la Macédoine (aujourd’hui L’Aubergine). Précurseur de l’art clownesque, l’homme à la célèbre houppette consacrera sa vie aux arts du cirque jusqu’à son décès, en 2011. Partout au Québec, le milieu des arts du cirque pleure encore le petit homme engagé. Preuve qu’on peut être grand, avec ou sans échasses.

Paul Vachon a laissé sa marque au Festival d’été comme au Carnaval de Québec. On lui doit aussi la création d’En piste, regroupement national des arts du cirque. Impliqué auprès des jeunes, il a été l’un des fondateurs du théâtre jeunesse Les Gros Becs. Au début des années 90, le Cirque du Soleil lui confie la direction artistique de Nouvelle expérience. C’est le début d’une longue collaboration.

laubergine.qc.ca

Histoires d’amour

L’histoire du Cirque du Soleil est encore aujourd’hui profondément enracinée dans la ville. Près de 30 ans après y avoir pris son envol dans la foulée des fêtes du 450e de l’arrivée de Jacques Cartier, le Cirque du Soleil se fait toujours un devoir d’inscrire Québec à son plan de tournée.

La Caisse d’économie solidaire Desjardins de Québec a, disons-le, donné le premier coup de pouce monétaire au célèbre cirque. C’était en 1984. Le cirque a depuis recruté ici de nombreux artistes et collaborateurs réputés. Robert Lepage, entre autres, a puisé dans son imaginaire pour signer les productions (Las Vegas) et Totem (en tournée). En janvier, le créateur de Québec fera d’ailleurs une entrée remarquée à la TOHU à Montréal, avec deux des pièces de sa tétralogie Jeux de cartes.

characters-the-tracker characters-crystal-man

À l’instar de Montréal, Québec est aussi – et depuis longtemps – complètement cirque. Durant cinq ans, les Chemins invisibles ont fait courir les foules, tandis que le Festival d’été de Québec continue chaque année d’inclure de nombreuses disciplines de cirque à sa programmation des arts de la rue. Été comme hiver, les saltimbanques descendent dans la rue et contribuent à faire de Québec une véritable cité des arts du cirque. Selon Yves Neveu, directeur général de l’École de cirque de Québec, la géographie particulière de la ville en fait un environnement propice à l’expression des arts de la rue. Puisqu’ici tout se marche, Québec est une grande scène à ciel ouvert.

cirquedusoleil.com

Cirque thérapie

PauPaul Vachon, l’un des premiers formateurs de Cirque du Monde, le savait : le cirque fait du bien. Depuis près de 20 ans, Cirque du Monde –un dérivé du Cirque du Soleil – travaille avec des intervenants sociaux de Québec pour « réhabiliter » des jeunes en situation marginale ou précaire en se servant des arts du cirque pour améliorer leur confiance en soi. Cirque du Monde travaille sur le terrain avec des partenaires comme le Centre Jacques-Cartier et le Centre Jeunesse de Québec – Institut universitaire, donnant des ateliers de jonglerie et d’acrobatie deux fois par semaine, de septembre à mai.

Paul Vachon dans un numéro musical, 1983. Photo Claude Bureau

Paul Vachon dans un numéro musical, 1983. Photo Claude Bureau


Le nez de clown : symbole universel de la paix. Même dans l’espace!


Voir des chandelles

prep-3

Cette année, l’École de cirque de Québec souffle ses 20 chandelles. En moyenne, plus de 20 000 personnes par an s’inscrivent au programme régulier de son volet récréatif. L’école travaille aussi en réadaptation avec des clientèles spécifiques (autistes et autres) en plus d’œuvrer à former des professionnels du métier. Plusieurs élèves de l’école parcourent maintenant le monde avec leurs propres troupes. C’est le cas de Flip Fabrique et de Deuxième Avenue, deux cirques d’ici qui font notre fierté en Europe et ailleurs.

Quand on l’interroge sur demain, Yves Neveu s’emballe. « Je ne rêve pas de faire de Québec une capitale mondiale du cirque. Mais j’aimerais contribuer à une plus grande diffusion des arts du cirque afin que ceux qui font notre notoriété partout dans le monde soient reconnus sur leur propre terrain. Partout au Québec et pas seulement à Montréal.» On a envie de le prendre au sérieux.

ecoledecirque.com

Créatif quintette

Quatre acrobates et un percussionniste forment la Machine de cirque, une nouvelle compagnie de Québec dont les pirouettes sont imaginées… par un ingénieur! Jonglerie, planche coréenne, parkour et musique sont au programme du spectacle qui a été présenté en première mondiale à Québec en mai. Délirant!

machinedecirque.com

Un été show

C’est la jeune troupe locale Flip FabriQue qui a été choisie par la Ville de Québec pour animer le superbe site de l’Agora avec un nouveau spectacle sur mesure, présenté plusieurs soirs par semaine, du 21 juillet au 6 septembre. Pour s’émerveiller tout l’été.

Par Diane Laberge
Photo Cirque du Soleil, OSA images

(Cet article est paru dans le numéro 7 du magazine, page 38-41.)

Laisser un commentaire