Jaune orange salé

Lyra-5536
Les gourmets l’achètent avec gêne, camouflant la boîte bleu vif sous une avalanche de chou frisé bio et de smoothies, espérant qu’elle passera inaperçue sur le tapis roulant. Les courageux passent à la caisse la tête haute, la boîte posée bien en évidence, parfois accompagnée de tites soucisses à hot-dog ou, pour les plus aventuriers, d’une bouteille de ketchup. Les créatifs s’amusent à le gratiner avec élégance de Velveeta, les anarchistes ne suivent pas la recette et mettent le lait à l’œil, savourant les mottons de poudre. Les vertueux y ajoutent du brocoli pour se donner bonne conscience. Les ados s’en servent trois fois par jour, réinventant les quatre groupes alimentaires : sel, nouilles, pourdre et fluo. Peu importe votre personnalité, il est plus que probable que vous ayez succombé un jour ou l’autre pour le Kraft Dinner. Peu importe notre personnalité nouillesque : le KD trouve son chemin dans notre garde-manger. Cessons de nous mentir : nous aimons le jaune orange salé.

Par Caroline Décoste
(Cet article est paru dans le numéro 3 du magazine, page 98.)

David Lassonde, proprio du Snack Bar Saint-Jean, immortalisé par André-Olivier Lyra

À voir le numéro de téléphone, 522-GRAS, on sait qu’on trouvera au Snack Bar Saint-Jean de quoi assouvir sa faim. On plonge avec délice dans un grilled-cheese qui contient (quoi d’autre ?) du Kraft Dinner frit. Tout le monde en redemande… sauf nos artères.

780, rue Saint-Jean

 

Laisser un commentaire